Agriculture : Des eaux usées traitées pour irriguer les parcelles en manque d'eau

Sur ses 5 600 m2 de parcelle à Murviel-lès-Montpellier, Jean-Claude Mailhol mène une expérience.

Cet ancien chercheur de l'Institut de Recherche en Sciences et Technologies pour l'environnement et l'agriculture (IRSTEA) irrigue la moitié de sa parcelle avec des eaux usées traitées afin de parer les effets de la sécheresse. L'eau qu'il utilise provient de la station d'épuration de la commune de Murviel-lès-Montpellier, elle est traité par un système de lagunes et envoyée, via une pompe, jusqu'à la parcelle de Jean-Claude. 
Chaque 15 jours, les scientifiques de l'IRSTEA qui travaillent sur ce projet lancé en juin 2017, effectuent des prélèvements afin d'analyser la qualité de l'eau et les résidus qu'elle contient. Ce suivi leur permet de vérifier la faisabilité de ce système d'irrigation. En parallèle, ils travaillent en hors sol pour comparer les différentes méthodes d'irrigation : eau claire, eau usée traitée et même eau usée non traitée. A terme, ce système, dont les recherches sont en partie financées par Montpellier Méditerranée Métropole et l'Agence de l'eau, pourrait être généralisé sur la commune de Murviel-lès-Montpellier. Le projet est également soutenu par de nombreux partenaires comme HydroSciences Montpellier, l'Institut européen des Membranes ou encore LBE-Inra.

mis à jour